Inscription
Publié le 13 mars 2020

Du « malentendu » à l’évènement e-marketing incontournable : retour sur 9 année d’Eredpay

En 2020, l’Erepday fête ses neuf années d’existence. De la petite histoire aux grands souvenirs, Christophe Thil, gérant de Blueboat et catalyseur en chef de l’Erepday nous raconte ses temps forts.

Le premier Erepday c’était en 2011. Comment t’es venue l’idée de cet évènement ?

Alors, il y a eu plusieurs choses. La première, c’est qu’on s'était rendus à un événement parisien qui nous avait donné envie d’en faire un nous aussi. Et la seconde, c’est qu’on avait déménagé à la Tour de l’Europe : pour notre « crémaillère », on a voulu inviter deux speakers afin de marquer le coup. Au final, on s’est retrouvés avec suffisamment de matière pour remplir une après-midi ! L’intention a toujours été de mettre Mulhouse au centre de notre ADN, et la Tour de l’Europe est emblématique de la ville, du coup c’était parfait. Avec Benjamin Romei, on a monté ce premier Erepday en deux mois, et 200 personnes sont venues.

Quelle était la « couleur » de cette première édition ?

A l’époque, on parlait surtout de réseaux sociaux et de community management. De grands noms sont venus dès le début, comme Maxime Barbier de Minute Buzz, Yaelle Teicher de Voyages-SNCF… on était je crois l’un des premiers events sur ce sujet de l’e-réputation en France !

Et ce qui est génial, c’est que tout le monde a immédiatement apprécié l’esprit de l’Erepday, qui est d’ailleurs toujours le même aujourd’hui : la convivialité, le fait de ne pas se prendre au sérieux, et le parler vrai.

Je me rappelle notamment très bien du pot de fin de journée : nous étions donc dans le restaurant de la Tour de l’Europe, à 112 mètres de hauteur, qui a la particularité d’être panoramique et de tourner. Nous avons bu nos verres et refait le monde en contemplant le coucher de soleil sur les Vosges, c’était magique. Cet esprit, on essaie de le transmettre sur scène… D’ailleurs, pendant ce pot, on m’a souvent posé la question : « alors, tu remets ça l’année prochaine ? ».

A partir de 2012, l’Erepday est sur une journée, c’est le début de la maturité ?

Absolument ! C’est cette année-là que Damien Douani a intégré l’Erepday, et que je suis devenu le maître de cérémonie. Cette année-là, je me souviens, on avait organisé un concours de startups, et Radarly avait pitché… aujourd’hui c’est un des leaders des outils de social media monitoring !

L’année suivante, l’Erepday a fait « l’appel du 18 juin » : j’avais adapté le texte de de Gaulle à la  thématique de l’évènement, ça a marqué beaucoup de gens ! C’est aussi en 2013 que j’ai eu un vrai « coup de foudre » pour Nicolas Vanderbiest : il était encore thésard, mais il envoyait du lourd, un ovni ! Depuis, il fait partie de la culture, je dirais même de la famille Erepday.

En 2012 et 2013, on a vraiment installé l’ADN de l’Erepday : un rendez-vous hyper pro dans lequel on ne se prend pas au sérieux.

L’Erepday marque ensuite un tournant, de quelle manière ?

Ah, nous étions au Kinépolis en 2014 et 2015 et c’était génial de voir les vidéos en plein écran ! On est montés à 500 participants, avec des retours toujours aussi positifs des annonceurs qui aimaient non seulement le ton et la liberté de ton de l’Erepday, mais aussi la qualité des intervenants, des passionnés passionnants.

En 2016, on a fait une pause : le manque de soutien de notre ville, l’envie de ne pas trop grossir, la question de rendre payant l’évènement, nécessitaient de la réflexion. On a opté ensuite pour Strasbourg, en 2017, et on a attiré du monde…mais l’envie de refaire l’Erepday à Mulhouse a été la plus forte et on est revenus, avec le soutien de M2A – nécessaire car le budget de l’évènement (qui comprend un buffet de qualité, ne l’oublions pas) est important. Notre jauge est aujourd’hui de 250 personnes environ, et l’Erepday n’est plus gratuit, ce qui induit une audience plus ciblée et c’est très bien ainsi.

L’esprit Erepday, peux-tu nous donner des exemples ?

La convivialité et le partage sont les maîtres mots. Ne pas se prendre au sérieux c’est aussi l’ADN de l’Erepday. Parfois j’ai peur d’aller trop loin, mes clients sont au premier rang, je leur ai posé la question mais au contraire ils adorent !

Les lancements sont toujours des moments à part, très attendus : en 2019 par exemple, il a fallu improviser sur le retard annoncé de Damien Douani, qui devait ouvrir la journée avec moi. Cela aurait pu être une galère, on en a fait un moment drôle ! La famille Erepday est d’ailleurs toujours au rendez-vous en cas d’aléa, pour remplacer au pied levé un conférencier bloqué par les grèves SNCF  (merci Fred Martinet !). C’est ça l’esprit Erepday !

Tes meilleurs souvenirs de l’Erepday c’est quoi ?

Il y en a beaucoup, difficile de choisir !

Mais le premier qui me vient à l’esprit c’est bien sûr la venue de Ghislain Faribeault, Vice Président Media chez Marc Dorcel & Dorcel TV. Pour cette conf on avait même des gens assis dans les escaliers, c’était fou ! Évidemment, cette thématique un peu « sulfureuse » avait de quoi attirer le chaland…mais ce que tout le monde en a retiré, c’est la présentation d’une stratégie hyper carrée avec un budget pas forcément énorme.

Je me rappelle aussi avoir eu la chance, en 2013, d’intervenir en direct dans une émission d’Europe 1, « Des clics et des claques », pour parler de notre évènement et de l’Observatoire du foot qu’on avait mis en place chez Blueboat, car Laurent Guimier intervenait le lendemain à l’Erepday.

Et comme nos intros sont toujours des shows, celui qui m’a particulièrement laissé un super souvenir c’est quand Damien et moi étions sur scène en peignoir, avec les protèges-dents, à la sauce « Rocky ». Là, j’ai vraiment eu peur d’être allé trop loin.

Aujourd’hui, qui aimerais-tu accueillir à l’Erepday ?

J’adorerais avoir des humoristes, comme Jeremy Ferrari, dont je suis fan, et qui a une super utilisation des réseaux sociaux pour faire sa promo et vendre ses billets. Idem pour les clubs de foot, ça me plairait beaucoup d’accueillir l’OM ou l’OL par exemple. Côté grandes marques, IKEA et Burger King, ce serait top ! A bon entendeur…

Le prochain Erepday se tiendra le 1er octobre et comme chaque année ce sera aussi explosif qu’hyper pro ! On vous attend !